Zoom sur l’entreprenariat, avec Look-Vintage

0

A la question « As-tu un conseil à donner à ceux qui ont des projets en tête ? », elle répond : « Quand tu aimes quelque chose et que tu es prêt(e) à te donner à fond, ça peut marcher. Juste : essaie ».

Johanna, 24 ans, diplômée en licence d’Arts du spectacle à Lyon 2 (spé théâtre), gère Look-Vintage depuis maintenant quatre ans. Look-Vintage est une friperie en ligne qui propose vêtements et accessoires rétro ; rarement classiques ; décalés, souvent ; dont la qualité et l’origine sont vérifiées, tout ça à petit prix. Et pour ce qui n’était au départ qu’un passe-temps, on peut dire que c’est une réussite ! Je vous explique…

Au départ, Look-Vintage, c’est deux copines (Johanna et Noëmie) qui pour le plaisir passaient du temps à chiner sur les puces et les vide-greniers. A force de farfouiller, elles se sont rendues compte que beaucoup de vêtements pourraient plaire, qu’elles en feraient bien quelque chose, d’où l’idée de monter un projet commun. « Ça n’a jamais été un projet professionnel » et pourtant ça a marché immédiatement, contre toute attente !

Elles ont commencé avec un blog en postant des looks dont les vêtements étaient en vente. Concomitamment a été créée une page Facebook qui a largement fait connaitre la friperie (par ici : https://www.facebook.com/friperie.look.vintage/?fref=ts). Résultat : une popularité inattendue et une activité de plus en plus prenante. C’est d’ailleurs pour une question de temps que Noëmie a finalement décidé de se consacrer à ses études, et de laisser la suite entre les mains de Johanna.

Un an après sa naissance, Look-Vintage s’est vu attribuer un site pratique, clair, stylisé, qui a achevé de lui créer une identité propre assez particulière et lui a permis de proposer plus d’articles. Je vous laisse découvrir son univers (www.shop.look-vintage.com) pour, en attendant, vous expliquer la spécificité de ce projet.

Il ne s’agit pas seulement de vendre des vêtements, alors quoi ? En tout premier lieu, l’idée est de proposer une solution alternative dans la manière que nous avons de consommer. Plutôt que de s’habiller comme tout le monde et d’alimenter au passage de grosses entreprises (dont les conditions de main-d’œuvre et la qualité des produits sont majoritairement très peu éthiques), Look-Vintage donne « une seconde vie » à des habits d’occasion en bon état, en mettant l’accent sur le recyclage. C’est aussi l’opportunité de trouver des vêtements originaux et un look plus personnalisé, le tout restant accessible.

     Comment cela se traduit concrètement ? Johanna m’explique ses critères de sélections. Elle ne s’intéresse pas aux marques actuelles mais plus à des fringues rétro ; bien sûr, elle ne choisit que des vêtements en bon état, et précise que la grande majorité d’entre eux sont fabriqués en France, ou en Europe : « même si je trouve un article qui me plaît beaucoup, quand je vois ‘Made in China’, je laisse ».

D’un point de vue professionnel, cette expérience lui a permis de se prévaloir de compétences acquises sur le tas (en comptabilité, gestion, commerce, communication, web, image), à grandes doses de feeling et de motivation. D’ailleurs, s’il y a une chose à retenir et qui a contribué à la réussite du projet, c’est bien la notion de plaisir : pour Johanna, l’important est de continuer à faire ce qu’elle aime sans sacrifier cet aspect-là de son activité. Continuer aussi de concilier deux de ses passions, la mode et la photographie (je vous invite à jeter un coup d’œil ici : www.johannarolle.com), ainsi que de défendre des valeurs qui lui sont chères.

     Après ça, penser que passion et profession sont forcément incompatibles semble être une erreur (que trop répandue). Bon, toujours pas convaincus ?

Qu’à cela ne tienne, Johanna est passée du stock amateur chez elle à un joli petit local à Bellecour, de la fouille des vide-greniers aux partenariats avec des usines de recyclage, de la clientèle lyonnaise à une européenne et dom-tomienne…

A tous ceux qui ont des projets, en tête ou en cours, ne lâchez pas (ou lancez-vous) ! Qu’elle soit bonne ou mauvaise, une expérience a toujours quelque chose à apporter et donne plus de sens à notre quotidien et nos choix futurs. A vous de jouer !

No comments

Cet article pourrait vous intéresser

Courir pour elles

  Connaissez vous l’association « Courir pour elles » ? Née le 30 avril 2009, dans une école du 7ème arrondissement suite aux décès successifs de mamans touchées ...