Un nul au gout de défaite

0

 

Après la victoire de Monaco sur Toulouse hier en début d’après-midi (4-0), les enjeux étaient clairs à quelques minutes du match opposant Lyon à Marseille : les joueurs de Genesio devaient s’imposer, afin de revenir à sept points de la deuxième place, synonyme de qualification directe pour la Ligue des Champions.

Le souvenir d’un match aller très tendu

Les deux équipes comptaient le même nombre de points avant la rencontre (29), mais différenciées par deux dynamiques opposées : l’OL a ainsi engrangé seulement quatre petits points sur les huits derniers matchs. En semaine, les deux Olympiques ont obtenu leur qualification en coupe de France.

Le match aller, du 18 septembre au Vélodrome, a laissé un souvenir bien médiocre, entre multiples interruptions de la rencontre dues aux jets de projectiles marseillais, multiples cartons et déclarations houleuses du président Labrune. L’opposition fut cette fois plus sportive, bien que Jérémy Morel ne dut sa place sur le terrain en seconde période qu’à la mauvaise appréciation de M. Gautier à la 52ème minute qui aurait dû l’expulser, en raison d’un tacle trop appuyé sur Bouna Sarr. Dans les tribunes, l’animosité était bien moindre, malgré les jets de boulettes répétés en provenance du Virage Nord et dont s’est plaint Steve Mandanda.

Mandanda, homme du match

C’est bien le portier marseillais qui allait être le protagoniste principal de la soirée, sauvant son équipe à plusieurs reprises de manière spectaculaire. On retiendra le sauvetage de la 63ème minute (peu avant l’ouverture du score marseillaise) devant Valbuena, ceux de la 88ème et 89ème minute devant Lacazette et Tolisso, sans oublier la parade de la 37ème minute sur la frappe de Ghezzal.

La performance de Mandanda a renvoyé Lyon à son mal le plus récurrent cette saison : l’inefficacité offensive. Pourtant, les tentatives hier n’ont pas manqué, plus nombreuses encore que lors du derby perdu de manière malheureuse la semaine dernière à Geoffroy-Guichard contre Saint-Etienne (1-0).

648x415_mathieu-valbuena-centre-20-septembre-2015-marseille

Le coup de Cabella

Si l’Olympique Lyonnais méritait au final de remporter la victoire hier soir, il ne l’aurait dû qu’à sa deuxième période. En effet, insipides en première période, sans créativité, les occasions étaient phocéennes : il fallut un sauvetage de Darder sur sa ligne à la 6ème minute consécutivement à un corner, et celui de Lopes devant le très remuant Nkoudou (17ème). Ce dernier aurait pu ouvrir le score quelques minutes plus tard si le poteau n’avait pas renvoyé son tir à ras-de-terre.

Paradoxalement, l’ouverture de score marseillaise viendra au moment où ils commencèrent à être acculés par la poussée lyonnaise : Cabella ouvrit le score à la 63ème minute sur une remise astucieuse de Batshuayi, consécutivement à un centre venu de la droite de Bouna Sarr. Lyon égalisera assez logiquement à la 79ème minute par l’intermédiaire de Corentin Tolisso, laissé seul au point de pénalty par la défense marseillaise. Lyon poussera par la suite, sans toutefois jamais pouvoir franchir l’obstacle Steve Mandanda.

Une mauvaise opération comptable

Comme au match aller, Lyon et Marseille se quittent dos-à-dos. Ce point engrangé est synonyme de surplace pour les deux Olympiques qui pointent désormais à 9 points de la deuxième place, directement qualificative pour la prochaine C1. Plus inquiétant est le bilan comptable des Gones : seulement 30 points obtenus en 22 journées, et 28 buts marqués. Dans le jeu, l’absence de Nabil Fékir se fait sentir, tant les solutions en attaque manquent. Ce sont des tribunes entières qui attendent son retour, programmé début avril. La semaine prochaine, Lyon se déplace à Bastia avant de recevoir Bordeaux quatre jours plus tard (3 février).

Alexandre Ljubojevic

No comments

Cet article pourrait vous intéresser

Pourquoi Lyon 3?

Il n’est pas rare de se balader dans les couloirs de la l’université et d’entendre plusieurs langues étrangères entrer dans nos oreilles. Ces étudiants étrangers ...