Travail de fourmis à la Manufacture des tabacs

0

Un mur de briques en noir et blanc, comme infranchissable et pourtant clairsemé d’interstices : l’affiche de l’exposition photographique qui a lieu à la bibliothèque universitaire de la Manufacture des tabacs invite à passer de l’autre côté de ce qui n’est en réalité pas un mur, mais le rangement de briques dans l’usine népalaise dans laquelle elles ont été produites.

Stéphane Lecaille, dans le contraste réaliste du noir et blanc qui rappelle que l’artiste a œuvré aux côtés du médiatique Sébastao Salgado, met en valeur les espaces délimités par les amas de briques. Soulevant comme des fourmis les petits blocs réunis en lourdes charges, transférant ces matériaux de construction d’une pile à l’autre, les ouvriers sont constamment entourés des monticules, comme définis par eux.

Renversement avec Alain Gualina, dont les portraits, verticaux et colorés, exhibent des ouvriers souriants et lumineux. Ils posent devant le mur des briques simplement posées, attendant d’être envoyées sur les chantiers : ils ont le travail accompli derrière eux, comme un rempart protecteur sur lequel s’appuyer ; mais aussi un mur de prison qu’ils ont eux-mêmes monté.

le-murLes deux photographes évitent la chaleur harassante de la fabrication des briques : la construction méticuleuse éternellement recommencée est plus saisissante, aliénation qui passe par le travail étalé dans la durée, le quotidien de la construction de matériaux qui serviront ensuite à la construction de bâtiments. La construction de murs dont, cette fois, les interstices seront remplis de ciment.

Exposition « Photographie du travail / travail de la photographie », sous-sol de la bibliothèque universitaire de la Manufacture des tabacs. Jusqu’au 19 Février.

No comments

Cet article pourrait vous intéresser