The Alan Turing Law, la réhabilitation d’un génie de l’ombre

0
Alan Turing

Dans un étonnant silence médiatique en France, noyée sous les scandales politiques, le Royaume-Uni a gracié 65 000 homosexuels dont 15 000 encore vivants, en se basant sur The Alan Turing law. Ceux-ci avaient été condamnés, comme ce dernier, en raison de leur orientation sexuelle à de cruelles peines en vertu de lois qui ne sont désormais – heureusement – plus en vigueur.

Pour rappel, Alan Turing était un mathématicien et cryptologue britannique à la base de l’informatique. En 1936 il présenta une expérience de pensée que l’on nommera « machine de Turing » qui est un modèle du fonctionnement des appareils mécaniques de calcul – comme un ordinateur – qui prendra tout son sens lors de la diffusion des ordinateurs.

Durant la seconde guerre mondiale, il joua un rôle majeur dans le décryptage des codes de la machine Enigma utilisée par les armées allemandes pour coder leurs communications. Il est aujourd’hui admis par les historiens que son travail et ses méthodes auraient réduit la capacité de résistance du régime nazi, et donc la guerre, de 2 à 4 ans. Rien que ça.

En 1952, il se fait cambrioler dans sa maison de Manchester. Il porte plainte, mais le cambrioleur dénonce sa relation avec son propre complice. Ils sont tous les deux inculpés pour « indécence manifeste et perversion sexuelle », d’après la Criminal Law Amendment Act de 1885. Cela n’aurait pu faire que peu de bruit dans un autre contexte, mais une affaire d’espionnage au profit de l’URSS dans laquelle sont impliqués des scientifiques britanniques homosexuels a rendu le profil d’Alan Turing suspect.

En raison du Secret Act, passé afin de cacher les informations sensibles datant de la guerre, il n’a pas le droit de citer ses titres de guerre devant le tribunal. Le juge le met en demeure de choisir entre l’incarcération ou la castration chimique par prise d’œstrogènes, réduisant la libido. Il choisit cette seconde option. Un traitement d’une durée d’un an, avec des effets physiques et psychologiques lui est administré.

Le 8 juin 1954, Alan Turing est retrouvé mort dans son lit avec une pomme croquée posée sur sa table de chevet. L’autopsie conclut à un suicide par empoisonnement au cyanure, mais rien ne peut le certifier. En effet, d’autres spécialistes et certains de ses proches ont aboutit à la thèse d’un assassinat ou d’un accident. Mais les circonstances de sa mort resteront probablement à jamais un mystère et ne cesseront d’entretenir des légendes jusqu’à aujourd’hui, comme celle, pourtant démentie, qui voit dans le logo de la firme Apple un clin d’œil à ce grand mathématicien pionnier de l’informatique.

Quoi qu’il en soit, hommage à un très grand monsieur.

 

Ulysse Rousset

No comments

Cet article pourrait vous intéresser