Pourquoi réviser quand on peut regarder « Fracture » ?

0

En période de révisions nos cris de détresse se font entendre en coeur. « Fichage » intensif, spéculation sur les sujets qui tomberont ou tout simplement découverte de certains cours auxquels notre emploi du temps (ou notre motivation) n’a pas été favorable… Nous sommes à la recherche de ce qui nous permettra de nous concentrer et de nous évader une fois le travail quotidien accompli.

Malo Garcia, ancien élève de l’IAE de Lyon 3, nous offre cette possibilité avec son dernier morceau « Fracture ». Le rythme quasi-militaire du son aux airs rétro 80 se révèle à la fois percutant et profond. D’ailleurs, dans le clip qui accompagne le titre, c’est bien cette alternance de mouvements et d’arrêts qui donne le ton, à la manière de la double vitesse entre écriture et apprentissage, entre heures de bibliothèque et flânerie estudiantine.

Toutefois le projet va bien plus loin : le clip tourné à Los Angeles réalisé par son frère Hugo Diego Garcia met en scène une véritable histoire au message militant qui ravit les yeux et l’esprit en moins de quatre minutes. Le personnage principal aux origines latines arpente les rues de la ville californienne accompagné de ses amis. Bombers rouges sur les épaules, parfaitement rasés, larme tatouée sous l’oeil, les membres de la bande se plaisent à raquetter ou agresser des passants dans une gestuelle codifiée. Les agresseurs et les agressés sont clairement séparés par des macarons : ceux des agresseurs portent une silhouette géométrique qui rappelle un homme braqué au visage noir, les autres demeurent vierges, vides… et blancs. Les agressés partagent un autre point commun : leurs cheveux blonds, leur peau blanche et leur yeux clairs.

Les rôles ont été redistribués. Les Aryens sont rejetés et persécutés dans un monde où règnent les autres ethnies. Le choix de tourner le clip aux Etats-Unis participe du militantisme affirmé du projet. Dans ce pays où les « bavures » policières se multiplient et où les manifestations qui s’en suivent, pourtant bien réelles, n’aboutissent pas vraiment à changer cette injustice de la société, les images ne peuvent que faire réagir. Pour autant, ne regardons pas l’autre côté de l’océan Atlantique d’un air supérieur. Qu’il s’agisse de « l’affaire Théo » ou plus récemment de la mort de Shaoyao Liu tué par des policiers français dans des conditions douteuses, le problème des violences policières liées au racisme est tout aussi important en France. Et si nous, « blancs », étions du côté de ceux qu’on accuse trop facilement, dont on se refuse à respecter la dignité humaine ou qu’on laisse de côté en détournant le regard ?

« Fracture » parvient ainsi à sublimer la créativité profondément novatrice du compositeur en dénonçant subtilement les violences liées au racisme. Les derniers plans du clip suggèrent la situation arbitraire et hypocrite à laquelle aucune société n’échappe véritablement aujourd’hui. Soulignons enfin la beauté des plans qui s’enchainent dans une ambiance à mi-chemin entre le film « Drive » et le sulfureux clip « Stress » du groupe Justice. L’image et le son qui se répondent placent sans aucun doute les deux frères dans l’antichambre du succès.

Pour visionner le clip : https://www.youtube.com/watch?v=yxydv1QvBAs&feature=youtu.be

Clara De Beaujon

No comments

Cet article pourrait vous intéresser

Verdun : une ville comme les autres ?

Quand nous venons à Verdun et que nous sommes passionnés d’Histoire, c’est un peu comme entreprendre un pèlerinage. Beaucoup croient tout connaître de cette ville ...