RENCONTRE « MÉTIERS DE LA SÉCURITÉ ET DE LA DÉFENSE »

0

Mercredi 19 novembre 2014
Amphi Malraux

Rencontre avec les professionnels de la sécurité et de la défense :

• de la Gendarmerie Nationale
• de la Police Nationale
• de l’Armée de Terre
• de l’Armée de l’Air
• de la Marine Nationale

La nouvelle réforme de la défense prévoit une réduction du nombre d’hommes avec 34 000 postes en moins d’ici 2019. Toutefois, les armées recrutent aujourd’hui massivement par la voie contractuelle. 70 % des emplois sont pourvus par contrats. Des contrats d’une durée de quatre à huit ans pouvant être renouvelés jusqu’à vingt ans pour certains métiers. De nombreux emplois sont à pourvoir au sein des armées qui recrutent à niveau Bac, Bac+2, Bac+3 à Bac+5 sur concours (épreuves orales, écrites et sportives) ou sur sélection du dossier après entretien. Jeune diplômé en université ou en école, les emplois dans les armées constituent une première expérience professionnelle valorisante. De nombreux domaines d’emploi sont proposés : opérations militaires, mécanique, aéronautique, communication, informatique, juridique, ressources humaines, sécurité-environnement.

Présentation succincte des professions de la défense :

Armée de terre :

12 400 officiers
34500 sous-officiers

Chaque année 8900 militaires du rang sont recrutés après le bac, 750 sous-officiers à partir d’un bac+3 et 350 officiers à bac+5.

Marine nationale :

Après un bac+2, les candidats peuvent s’engager à l’école des sous-officiers et officiers de Brest. Les officiers peuvent également être recrutés sous contrat de un an ou par des contrats de quatre à huit ans à partir d’un bac+5.

Armée de l’air :

Les métiers de l’armée de l’air sont très variés, il n’y a pas que « pilote », on compte environ 50 professions différentes. Le métier reste cependant militaire que l’on soit sur le terrain ou dans les bureaux. Les sous-officiers et officiers sont recrutés à bac+3 et bac+5 sous contrat.

Police nationale :

On distingue les gardiens de la paix, recrutés à partir du bac, les officiers à bac+3 et des commissaires de police de niveau bac+5. Tous ces métiers sont accessibles par voie de concours uniquement.

Gendarmerie nationale

Comme la police nationale, les officiers de gendarmerie sont recrutés par concours à partir de bac+5.
Témoignages des différents intervenants :

Armée de terre :

Lieutenant Lydia Si Ahmed – Gestionnaire Ressources Humaines

Officier sous contrat en ressources humaines, elle est titulaire d’un BTS en commerce, ainsi que d’une licence et d’une maîtrise en ressources humaines. Elle a travaillé dans le domaine civil puis commercial avant de s’engager dans l’armée de terre. Elle souhaitait exercer sa spécialité dans un environnement comme l’armée où il y a une grande diversité de statuts et dans lequel il y a plus de 400 métiers. Elle a toujours voulu exercer une fonction lui permettant de devenir chef, et d’exercer son leadership. Pour elle, l’armée est un véritable lieu de formation que peu d’entreprises offrent. Elle a donc reçu une formation à l’école de Saint Cyr de 3 mois où elle a pu acquérir l’esprit d’équipe, de cohésion et le dépassement de soi. Elle est aujourd’hui chef de cellule RH spécialisée dans la rémunération au sein d’un groupement et manage sept personnes placées sous sa responsabilité.

Marine nationale :

Elsa Lartigau – Psychologue de travail

Elle a obtenu un double master de psychologie et de sociologie avant de s’engager dans la marine nationale. Elle a reçu une formation de deux semaines à l’école navale à Brest, lui permettant d’acquérir un statut militaire, et de décrocher un contrat de volontaire officier aspirant. Elle a d’abord exercé ses compétences de psychologue au sein de la marine nationale, lui permettant d’embarquer sur un chasseur de mine. Elle est aujourd’hui officier sous contrat de quatre ans. Ses responsabilités se sont étendues et elle s’occupe du recrutement de jeunes au sein de l’institution.

Armée de l’air :

Capitaine de l’armée de l’air

Il est titulaire d’un bac B et d’une maîtrise d’histoire. Après avoir enseigné l’histoire en tant que professeur, il a souhaité effectuer son service militaire en 2000 dans l’armée de terre. Fort de cette expérience, il a décidé d’entrer dans l’armée en postulant au sein de l’armée de l’air. Il a dans un premier temps été recruté en tant qu’officier sous contrat, et est ensuite devenu capitaine. Il a exercé différentes fonctions dans l’exercice de sa profession : d’abord dans l’aide de camp d’un général, ensuite, il a été amené à travailler pendant deux ans sur la base de saint Dizier en Haute Marne, puis en Polynésie française, et a effectué deux opérations au Tchad. Il est actuellement chef de cabinet sur la base de Lyon où il dirige une équipe d’une cinquantaine de personnes.

Police nationale :

Jérôme Besse – Elève-Commissaire

Il a passé un bac ES avant d’intégrer l’IEP d’Aix en Provence dans la spécialité Relations internationales. Au retour de son échange en Californie, il intègre la section « Service Public » de l’IEP. Il met toutefois deux ans à définir son projet professionnel et passe trois années de master en droit et en économie avant d’intégrer la préparation au concours de commissaire de police à Paris. Suite à sa réussite (après deux tentatives), il suit actuellement sa scolarité à l’école de Saint-Cyr au Mont d’Or (69) sur deux ans, alternée de stages formateurs par lesquels il sera nommé commissaire afin de gérer une centaine de fonctionnaire.

Gendarmerie nationale :

Aurélie Mendaille – Lieutenante de gendarmerie

Elle est également titulaire d’un bac ES. Au cours de son IUT « carrières juridiques » elle décide de franchir le pas et de réaliser son stage dans une brigade de recherche à Béziers. Elle intègre l’IEP d’Aix en Province dans le master « carrières publiques ». A la suite de son concours elle a suivi une formation à l’Ecole des officiers de gendarmerie à Melun pendant cinq ans où elle a acquis le métier de militaire et de chef sur le terrain.

No comments

Cet article pourrait vous intéresser