LES PERLES RARES DE QUEEN

0

Peut-être qu’à l’occasion de la sortie du film Bohemian Rhapsody de Bryan Singe, avec Rami Malek dans le rôle de Freddy Mercury, vous avez pris connaissance du phénomène planétaire qu’était Queen durant les années 70 et 80. Outre les nombreuses chansons devenues légendaires et dont nous connaissons tous la mélodie, comme We are the champion, We Will rock you ou bien évidemment Bohemian Rhapsody, pour ne citer qu’elles, Queen est à l’origine d’une diversité de chansons impressionnante, regroupées dans les 15 albums que le groupe a sorti du vivant de Mercury, c’est-à-dire de 1970 jusqu’en 1991.

En évoquant Queen, c’est forcément l’image de Freddy Mercury qui nous vient en tête. Le chanteur extraverti et virtuose disposant d’une grande tessiture de voix, maîtrisant une pluralité de techniques vocales comme l’opéra, et qui était un Showman invétéré délivrant à chaque concert des prestations de plus en plus impressionnantes. Néanmoins, Queen sans les trois autres membres du groupe n’aurait jamais été Queen : Brian May, le guitariste placé 36ème meilleur guitariste de tous les temps par le magasine Rolling Stone, Roger Taylor, le batteur débordant d’inventivité qui n’hésitait pas à renverser de la bière sur la toile de ses percussions pour ajouter un effet, et enfin John Deacon le bassiste et ses lignes de basses devenues iconiques.

Si le vibrant film de Singe retrace l’histoire du groupe de manière assez concise, difficile de raconter précisément plus de vingt ans d’existence de Queen en 2h15, la BO est principalement composée de leurs plus grands succès. Pour autant, n’oublions pas que la magie du groupe s’incarne aussi dans leurs chansons peut-être moins connues mais tout aussi géniales, chansons indissociables de leurs clips, qui ne manquent pas de nous prouver encore une fois la créativité illimitée des quatre rockstars.

Under Pressure

Commençons par Under pressure. Si cette chanson demeure encore aujourd’hui connue, on ne pouvait débuter cette liste sans cette collaboration entre David Bowie et le groupe. Si au départ, Bowie devait poser sa voix sur les chœurs d’une musique du groupe (les chœurs sont incontournables de toutes leurs musiques) finalement la chanson prévue ne sortira pas. Les artistes ont alors travaillé à l’écriture de Under Pressure. On ne leur en veut pas.

The Invisible Man

Le clip de The Invisible Man est une excellente illustration du groupe : Taylor se servant de toutes sortes d’objets en guise de percussions, un solo magistral de guitare de May sur un skateboard, la mine neutre de Deacon exécutant sa partition de basse le plus naturellement du monde, Mercury s’agitant en jouant avec la caméra.

The Miracle

Les costumes font partis de l’iconographie du groupe. Ils n’hésitaient pas à jouer avec leurs images, se travestir ne leur déplaisait nullement bien au contraire, comme on peut le voir dans le clip Break Free. Les changements de personnalités, parce qu’ils étaient réellement acteurs de leurs clips, font partie de l’imaginaire du groupe. Dans the miracle ils ont convié leurs alter ego enfant à jouer avec eux.

One Vision

Sorte de making off de ce qu’il se passait en studio, on peut penser que le clip de One Vision, moins scénarisé et plus intimiste, nous montrerait une vision plus « calme » du groupe. Et bien non, sur scène ou en studio, en public ou en privé, les membres du groupe sont fidèles à eux mêmes, le show ne s’arrête jamais.

A Kind of Magic

Encore une fois, les membres du groupe aiment s’incarner dans des personnages. Plus qu’un clip, les musiciens deviennent acteurs, Mercury nous chante une histoire avec a Kind of Magic.

Ilana Février

No comments

Cet article pourrait vous intéresser

Qu’est-ce que le GAJA ?

Le « GAJA » ce n’est pas seulement la Bible des publicistes, c’est aussi le
 Groupement
 Associatif
 des
 Jeunes
 Administrativistes, une association étudiante politiquement neutre et à ...