Une nouvelle jeunesse pour Fourvière

0

Le monument le plus visité de la région, avec ses 2,5 millions de visiteurs par an, va faire l’objet d’un vaste réaménagement estimé à 16,5 millions d’euros sur cinq ans. La première étape du projet « Un nouvel élan pour Fourvière » a pris forme ce mardi, avec l’inauguration de la maison des Chapelains. Le Jean Moulin Post était présent pour couvrir l’événement.

Un nouveau visage pour Fourvière

La basilique et son esplanade, qui ne sont censées pouvoir accueillir que 300 000 visiteurs par an, veulent s’offrir un nouveau dynamisme. Pour ce faire, un espace de restauration rapide, une table d’hôte, un foyer pour étudiants et jeunes travailleurs, un pavillon d’accueil et un Belvédère sont autant de rénovations et extensions qui verront le jour. Par ailleurs, l’actuel parking sera déplacé et remplacé par un espace vert.

A travers cela, le site espère doubler son nombre de visiteurs actuel, mais pas seulement. Cela va de paire avec le renouvellement de l’équipe de bénévoles, actuellement composée en majorité de retraités et surtout trop peu nombreuse. C’est pourquoi la stratégie de communication a été axée sur les jeunes. En effet, ces travaux ont aussi pour fonction d’attirer davantage la jeunesse sur le site. Pour cela, des logements seront mis à la disposition d’étudiants effectuant leur service civique.

Un projet à visage humain

Tous ces travaux sont accompagnés de l’aide de nombreuses associations. C’est notamment le cas de Tremplin Bâtiment qui, en plus d’assurer une part des travaux, offre à près de 120 000 personnes en recherche d’emploi, une insertion par le travail. Sébastien et Abdallah, deux apprentis présents sur place, témoignent qu’ils se trouvent davantage concernés dans leur travail grâce à l’importance culturelle et historique des lieux.

Les Apprentis d’Auteil ont aussi investi le projet. Cette association, vieille de plus de 150 ans, se consacre à l’accueil, la formation et l’aide à l’insertion des jeunes en difficulté sociale. Dans le cadre de la Maison des Chapelains, elle sera chargée d’assurer le service de cent couverts. C’est la troisième implantation du genre pour l’association dans l’agglomération lyonnaise.

Derrière ce projet se cache donc un véritable raisonnement de fond, allant bien au-delà d’une simple rénovation. La fondation du patrimoine est partie du constat qu’il existe un « frein périphérique » quant à l’insertion des jeunes dans la vie quotidienne. Cette paralysie concerne tant l’accès au logement, à la santé que leur confiance en-eux. C’est pourquoi la fondation fait la démarche d’adopter une approche globale pour résoudre tous ces problèmes simultanément.

A travers le patrimoine, ils espèrent donner une vraie place aux jeunes, notamment en soutenant l’accès à l’emploi. Plus que le vecteur culturel ou touristique, c’est l’approche sociale et humaine qui a une position centrale. Il faut aussi noter une volonté de pérennité puisqu’en plus de créer une base solide, la fondation veut assurer un suivi qualitatif.

Patrick Pouyanné, patron tourné vers la jeunesse

Les donateurs privés qui financent le projet, adoptent aussi un point de vue social et éducatif. Patrick Pouyanné, PDG de Total, était présent. Il semble vouer une véritable confiance en la jeunesse, en témoignent ses paroles : « le soutien aux jeunes est un acte fondateur ». Selon sa vision, l’Etat ne peut pas tout faire. C’est donc aux entreprises de prendre le relais et d’intervenir pour l’insertion des jeunes, d’autant plus que la France manquerait cruellement d’apprentissage. C’est ce que fait Total en investissant dans un tel projet. Évidemment, la multinationale s’est aussi engagée pour d’autres raisons, entre autre par hommage aux territoires qui ont vu son essor.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette initiative, une première en la matière, ne soit pas la dernière ; résultats à apprécier d’ici 2020.

Guilhem Jarjayes & Noémie Joudelat

No comments

Cet article pourrait vous intéresser