Nicolas Hulot fait « l’Appel des Solidarités » à Lyon 3

0
Nicolas Hulot à Lyon 3 pour l'Appel des Solidarités.

Mercredi 29 mars, l’écologiste Nicolas Hulot était à l’université pour présenter « l’Appel des Solidarités », lancé avec 80 ONG et dont il est la figure de proue.

 

En milieu de semaine, Lyon 3 accueillait – à l’initiative de plusieurs associations étudiantes – l’écologiste le plus célèbre de France : Nicolas Hulot. L’ex-envoyé spécial de François Hollande pour le climat (dans le cadre de la COP 21) repart en campagne pour promouvoir, cette fois-ci, la solidarité dans son ensemble. C’est dans un amphithéâtre plein acquis à sa cause que Nicolas Hulot a présenté “L’Appel des Solidarités”, lancé le 23 mars dernier. Il s’agit d’une coalition de plus 80 ONG pour indiquer le cap à suivre pendant le prochain quinquennat et inciter les candidats de la présidentielle à ériger la lutte contre les inégalités comme l’une de leurs priorités. Par ailleurs, l’objectif parallèle est, selon Nicolas Hulot lui-même, de « braquer les caméras sur le dense tissu associatif » et peser dans le débat public. Cette initiative, inédite par son ampleur, rassemble plus de 160 associations de tous horizons – dont Emmaüs, WWF, Greenpeace, Handicap International ou Action contre la faim –  et plus de 125 000 personnes, déterminées à faire de la « solidarité » le premier parti de France.

“Construire des ponts plutôt que dresser des murs”

Toujours situé entre l’engagement citoyen et politique, Nicolas Hulot résume son engagement en une phrase : « Construire des ponts plutôt que dresser des murs ». Il veut faire de la solidarité « le moteur des politiques afin qu’ils retrouvent du crédit » dans une campagne qu’il juge « nauséabonde » mais dont « les médias se servent pour faire le spectacle », assène-t-il sous les applaudissements. Justement, le cap de Nicolas Hulot est celui du renforcement des solidarités en tout genre pour garantir la cohésion nationale et la solidarité internationale dans une période où « la construction des murs a le vent en poupe ». « La solidarité est le gage du bonheur » assure l’ex-animateur de télévision devant l’amphithéâtre. Pour clarifier un appel qui peut paraître flou, il fixe 5 priorités : les inégalités, le climat, les exclusions, la démocratie et l’international. Dans un exposé dynamique de 50 minutes, il enchaîne les formules chocs : « Le changement climatique met sur les routes 20 à 30 millions de personnes » pour démontrer la nécessité d’agir afin de ne pas perpétuer la crise des migrants ou encore « le conflit syrien est parti d’un dérèglement climatique » (en l’occurrence la raréfaction de l’eau au nord du pays entraînant le déplacement d’environ 1 million de personnes) mettant en lumière l’impact dramatique du changement climatique, avant de conclure par « le terrorisme se nourrit du fanatisme des autres ». Le tout sous les applaudissements du public qui n’était pas uniquement constitué d’étudiants.

500 propositions mais pas de candidature…

« L’Appel des solidarités n’est pas un parti politique » : c’est la phrase que Nicolas Hulot martèle devant les médias lyonnais venus en nombre pour l’écouter. En effet, il se dit être le « simple médiateur entre la société civile et les politiques ». Il exclut d’office une quelconque candidature estimant que « chacun doit être à sa place » avant d’ajouter « mon ADN n’a jamais été d’exercer le pouvoir mais plutôt d’aider les autres ». La question de la création d’un parti politique et d’une candidature pouvait se poser avec cet Appel des Solidarités. En effet, il contient plus de 500 propositions, allant du renforcement des sanctions en cas de fraude fiscale à la généralisation du tiers-payant en passant par le terrorisme et bien sûr l’écologie. Un véritable programme politique « à la disposition des candidats » affirme celui qui a bien tenté de partir à la conquête de l’Élysée en 2012. Nicolas Hulot explique également qu’il fera « un rappel des solidarités dans un an pour continuer à faire émerger des propositions qui fonctionnent sur le terrain ». « Signer l’appel est un moyen de lancer ce message : avant de dire pour qui on va voter, on dit pour quoi on va voter », explique Hulot. Cependant, il ne va pas – comme en 2007 pour le Pacte de l’Écologie – demander aux candidats à la présidentielle une signature car « à moins d’un mois d’une élection, les candidats sont prêts à signer n’importe quoi » lance-t-il lucide.

L’index levé pour répondre “présent” à l’appel de Hulot

Le slogan de cet appel : « Présent ». Le signe de ralliement : l’index levé. Le tout « en souvenir des années innocentes de l’école primaire » explique Nicolas Hulot. À l’heure actuelle, si l’on en croit la Fondation éponyme, plus de 125 000 personnes « ont répondu présent à l’appel des solidarités », parmi lesquels des personnalités comme l’actrice oscarisée Marion Cotillard (qui a prêté sa voix au clip de présentation malgré sa 2nde grossesse) ou des politiques comme Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron ou Pierre Laurent qui « m’ont envoyé des photos l’index  levé » affirme Nicolas Hulot. Par ailleurs, la réplique parisienne de la statue de la liberté a aussi revêtu le signe de ralliement à l’appel de Hulot. Une manière de répondre au « crétin de Donald Trump en train de détruire l’accord de Paris » affirme-t-il tout en s’énervant. Il termine son intervention par un trait d’humour : « on lève l’index mais si nos propositions ne sont pas respectées, on peut très bien lever le majeur » lance-t-il dans une salle riante.

 

Pour rejoindre l’appel des solidarités, il faut envoyer le mot « Présent » par sms au 32321

 

Hubert Guérin

No comments

Cet article pourrait vous intéresser