NABIL, CE HÉROS !

0

Il y a beaucoup de matchs de l’OL qui auraient pu se voir attribuer ce même titre mais, avec ce but de la victoire à la 90è + 5, Fékir a été le héros qui a fait exploser le parc OL. 

Pour le compte de la 9è journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais affrontait le champion de France en titre, l’AS Monaco, un match sous tension du fait des performances moyennes, voire piètres, de l’Olympique lyonnais. Les banderoles, dès le début du match, indiquent clairement la couleur, notamment du côté du Virage Nord : « Moins de bla-bla, plus de résultats ».

La première période a été plutôt riche offensivement, car les défenses lyonnaises et monégasques étaient toutes deux en grandes difficultés. Les deux équipes se créent beaucoup d’occasions même si la balance penche plutôt du côté des lyonnais, néanmoins en manque de réalisme et de chance puisque la balle sera plusieurs fois repoussée par les poteaux. Dès la 6ème minute, Lucas Tousart reprend un corner de Fékir de la tête mais le ballon se heurte au poteau droit de Subasic, le gardien monégasque. Les lyonnais en veulent, notamment Mariano Diaz qui fait preuve d’une grande agressivité et d’une détermination flagrante, notamment lorsqu’il presse Subasic puis le tacle pour pousser le ballon au fond des filets, mais le ballon est une nouvelle fois repoussé, par le poteau gauche cette fois-ci. Monaco se contente plutôt de défendre sans se créer d’occasions franches. Le travail de Mariano, intelligent dans ses placements, finit par payer à peine deux minutes plus tard : Nabil Fékir centre à ras de terre au second poteau, où Mariano reprend du pied droit. Ça fait 1-0. Les monégasques ne comptent pas en rester là et 5 minutes plus tard, Monaco égalise par le biais de Rony Lopes, lancé, dans le dos de la défense lyonnaise et surtout de Mapou Yanga Mbiwa, par Keita et qui marque avec un tir à ras de terre (1-1). Lyon et Monaco se rendent désormais coup pour coup. A la 23ème minute, au terme d’une belle action collective, Ferland Mendy trouve Fékir au point de pénalty, qui envoie, sans contrôle, le ballon au fond des filets (2-1). Quelques minutes plus tard, Fékir tire un corner pour Lyon, repoussé par la défense monégasque dans les pieds de Mariano qui frappe. Le ballon trouve le coude de Glik, totalement décollé du corps : le penalty semble indiscutable mais Mr Bastien, l’arbitre de la rencontre, ne siffle pas malgré la pression des joueurs lyonnais. A la 34ème minute, le ballon est dans la surface, Rony Lopes le passe en retrait à Traoré qui, d’une frappe puissante, égalise (2-2). La première mi-temps s’achève sur ce score.

La seconde période, à l’inverse de la première, est beaucoup plus à l’avantage des monégasques. Ils ont changé leur jeu et Lyon ne parvient pas à s’adapter. L’équipe des Gones est clairement coupée en deux et il devient de plus en plus difficile de s’imposer au milieu de terrain, si bien que les attaquants reçoivent peu de ballons. A la 56è minutes, Monaco se procure une double occasion : sur un très bon centre monégasque, Anthony Lopes, le gardien lyonnais, se jette pour repousser des deux poings le ballon qui revient dans les pieds de Keita Baldé, devant le but alors grand ouvert, mais son tir est contré sur la ligne de but par Mouctar Diakhaby. A la 64è, Monaco manque une nouvelle occasion car Adama Traoré, sur un centre à ras de terre, se retrouve seul devant le but mais manque le cadre. A la 67è, Lyon se procure finalement une grosse occasion. Le jeune Houssem Aouar fait un énorme travail, entre dans la surface et centre en retrait pour Diaz, dont la frappe est repoussée du bout du pied par Subasic. Les lyonnais se remettent dans le sens de la marche et, à la 72ème, Mariano frappe un coup franc du pied droit, avec rebond, mais une nouvelle fois, Subasic est sauvé par son poteau. Il ne se passe alors plus grand chose. Monaco cherche quand même la gagne mais c’est Lyon qui se procure une véritable occasion à la 89è, sur un service de Mariano, Fékir reprend le ballon dans le dos de la défense monégasque et marque du pied gauche, sans contrôle. Mais le but est refusé pour un hors-jeu pas si évident que ça, un hors-jeu d’un pied, voire d’un demi pied… Mais le hors-jeu est bien là. Il est annoncé 4 minutes de temps additionnel mais Léonardo Jardim, entraineur de l’AS Monaco, fait un changement, ce qui prolonge de quelques secondes le match, quelques secondes suffisantes… À la suite d’un coup franc, Nabil Fékir récupère le ballon et obtient de nouveau un coup franc, aux 25 mètres, à la 94ème minute. On peut alors lire sur ses lèvres lorsqu’il s’adresse à ses coéquipiers « je le sens ». Et il a bien fait. Il surprend Subasic avec une frappe précise. Le gardien monégasque est trop court pour l’arrêter. Le stade explose, les joueurs lyonnais aussi ! Lyon l’emporte 3-2 et les supporters resteront encore assez longtemps après la fin du match pour communier avec les joueurs, car malgré le manque de jeu, ce qu’on retient surtout, c’est l’émotion de la victoire à la 95ème minute.

Si Fékir sauve le match côté lyonnais, il sauve aussi la peau de son entraineur. Génésio est de plus en plus sur la sellette, malgré la confirmation du Président Lyonnais. Si les virages ne se laissent pas encore suffisamment entendre, du fait de leur loyauté indéfectible envers le blason, le tonnerre gronde pour l’entraineur rhodanien. Nul doute qu’une déconvenue au prochain rendez-vous capital, le derby, le 4 novembre pourrait signifier la fin immédiate et totale des fonctions de Bruno Génésio.

Les joueurs du match coté lyonnais :

Nabil Fékir

Évidemment, c’est LE héros du match, avec ce but à la 90+5è. Mais Nabil, sur ce match, c’est aussi des stats impressionnantes, à la hauteur des plus grands : 2 buts, 1 passe décisive. Le capitaine lyonnais a su rester dans son match, même après le carton jaune pour contestation (plutôt légitime vu les faits de jeu) octroyé par Mr. Bastien.

Houssem Aouar

Une nouvelle fois titulaire, le jeune lyonnais a été très bon, et a largement contribué à l’animation offensive de la première mi-temps même s’il a eu beaucoup moins de ballon en 2è période.

Mariano Diaz

C’est LA surprise. Ce qui est surprenant, ce n’est pas tant le but marqué, ni tellement son agressivité qu’on avait déjà pu apercevoir auparavant. Non, ce qui était surprenant, ce sont les quelques progrès constatés : vu comme un buteur pur, qui ne fait rien d’autre, Mariano, sur ce match, s’est montré beaucoup moins individualiste, beaucoup plus généreux avec ses coéquipiers et a pas mal décroché pour aller chercher les ballons, défendre et aider ses coéquipiers. S’il continue dans ce sens, il est sûr qu’il deviendra un bel atout pour l’OL, assez rapidement.

Laura Capievic et Guillaume Sanchez

No comments

Cet article pourrait vous intéresser