Lyon retrouve l’appétit, et dévore du canaris

0

Après sa défaite à domicile, presque imméritée, contre Paris dimanche, les Lyonnais se déplaçaient ce mercredi sur la pelouse d’un Nantes malade, avec l’objectif de continuer sur la lancée de leur bonne deuxième mi-temps face au PSG. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Lyon s’y est tenu.

En effet, le match démarre sûrement côté lyonnais, face à des Nantais qui résistent pour exister dans la partie. Seulement, dès les premières minutes, il s’en faut de peu pour que Valbuena, titularisé suite à sa bonne entrée face au PSG, puis Ghezzal, ouvrent le score. Mais c’est sur une belle action collective, emmenée par un Ghezzal inspiré ce jour-ci, notamment dans sa magnifique transmission à Rafael, que Tolisso ouvre le score (16è) sur une passe du Brésilien, dont le niveau de jeu augmente de match en match. Le véritable calvaire commence alors pour Nantes. Les visiteurs déroulent leur jeu de fort belle manière, à tel point que les occasions pleuvent, et les Canaris peuvent être heureux que l’addition ne soit pas plus salée. Cependant, quelques minutes après l’ouverture du score, Vizcarrondo accroche pour la 2nde fois Diakhaby dans la surface alors qu’il lui était passé devant : penalty pour Lyon, totalement justifié (il faut le préciser) et transformé par Lacazette (0-2, 39è). Dans la foulée, à peine une minute plus tard, le capitaine lyonnais, Gonalons, triple la mise, suite à un corner, en poussant dans le but un ballon très mal dégagé par le portier nantais. Alors que la pause est sifflée, le public hue ses joueurs, mais surtout, son président.

A la reprise, les Canaris sont un peu plus dans le match, leur bloc est plus haut mais ils ne se créent pas d’occasion. Lyon gère un peu plus mais tente, sans parvenir à briller autant que dans le premier acte. Il faut attendre la 60è pour que Lyon reparte de plus belle avec Sergi Darder qui élimine un joueur avant de décaler Valbuena sur la gauche, qui, en une touche, envoie le ballon dans les cages nantaises (0-4). Lacazette cède alors sa place à Fekir avant que Ghezzal, auteur d’un très bon match ce soir (beaucoup ne seront pas d’accord, mais tant pis), ne sorte au profit de Cornet. Il fallait bien qu’Anthony Lopes, qui n’avait rien eu à faire ce soir, se montre à la hauteur de ses partenaires : Sala se retrouve seul dans la surface face à lui mais le portier lyonnais remporte son duel. Des changements s’opèrent côté nantais mais Lyon garde la balle. Puis, sur un corner de Valbuena, Diakhaby décroise une belle tête en lucarne opposée pour inscrire son premier but en Ligue 1, 0-5. Côté supporters, on entend plus que les Lyonnais et l’on aperçoit les supporters nantais applaudir parfois les Gones. Finalement, alors que Maxime Gonalons cède sa place à Ferri, les supporters nantais partent massivement du stade. A peine 5 minutes plus tard, Fékir, lancé par Darder, dribble Riou et pousse son ballon dans le but vide. Ca fait 0-6, score final.

Et il était temps que ça se termine pour les nantais. Côté lyonnais, il y a des sourires. Des sourires pour un record (plus large victoire à l’extérieur dans l’histoire de l’OL), pour un collectif retrouvé, une animation offensive aussi efficace que belle, due notamment à l’aisance technique lyonnaise sur ce match. Niveau comptable, l’OL se place quatrième, à 8 points de Monaco, 3ème car doublé par le PSG qui a battu, mercredi, le SCO Angers.

Laura Capievic

No comments

Cet article pourrait vous intéresser

Grand stade, grandes attentes

Nouvelle année, nouveau stade. L’Olympique Lyonnais a inauguré sa nouvelle enceinte le 9 janvier dernier, à l’occasion de la venue de Troyes. Depuis, il y ...