Holimeet

0

Quand on attaque la rentrée, qu’on se raconte tout ce que l’on a fait, ô combien on était seul, et que l’on découvre que notre voisin d’amphithéâtre était là, à quelques mètres seulement de chez nous. Vous connaissez ce sentiment ?

Holimeet s’en inspire pour créer une application unique disponible sur tout type de smartphone. Leur slogan est d’ailleurs évocateur : « Faire de chaque instant une opportunité de se retrouver. »

Vous me direz, qu’est-ce qu’Holimeet ? Un petit rattrapage s’impose …

Une entreprise originale

C’est une startup française et lyonnaise (s’il vous plaît), créée en mars 2015 par un étudiant de 17 ans : Etienne Ginon. Ce jeune directeur porte sa double casquette, à la fois d’étudiant en Licence 1 de Droit à Lyon III et d’entrepreneur. L’entreprise compte à ce jour deux salariés qui s’adonnent à couvrir l’essentiel des tâches permettant l’expansion de k’application.

Bien qu’il puisse paraître, pour certains, inconcevable de devenir entrepreneur à cet âge (qui plus est en mêlant des études en parallèle), Etienne décide de relever le défi et vient de valider son premier semestre avec brio.

L’histoire de ce concept

Tout part d’un constat : on passe tous à côté de moments inoubliables par manque d’informations sur nos amis. Les vacances réussies sont souvent associées avec de bons moments entre proches. L’histoire de l’application peut relever de l’évidence, et ce projet fut monté dans la continuité de cette idée dès l’instant où il s’est lancé.

Après avoir développé l’application pendant près de cinq mois, la mise en ligne s’est effectuée sans aucune forme de communication. De cette première expérience, notre entrepreneur a pu jauger les points forts et les points faibles de son concept auprès de ses utilisateurs.

Le but de l’application est de créer des moments ; de pouvoir, n’importe où dans le monde, être en mesure de retrouver une personne de notre entourage. C’est très récemment que la version 2.0 fut lancée. On peut, désormais, partager sa position instantanément afin de retrouver ses amis. De même il est possible de rejoindre des communautés (comme celle de Lyon III, allez la rejoindre !) pour être en mesure de rencontrer un étudiant de Lyon III sur la plage, un soir de vacances d’été à Bali ou à Dunkerque. Enfin, il est possible d’organiser ses évènements et de convier ses amis pour plus de proximité et être sûr de ne jamais rater une occasion de se retrouver.

capture-decran-2015-06-03-a-12-19-51

Les clés de la réussite

En premier lieu, on découvre en Etienne une personne ouverte, attentive, avec qui le contact est facile. Des qualités qui sont certainement nécessaires pour être entrepreneur. Parmi elles, une peut sembler primer sur les autres, c’est à dire la détermination : pour être un bon entrepreneur, être déterminé, c’est se fixer des objectifs, gérer son emploi du temps afin de rentabiliser sa productivité et ainsi améliorer son concept pour le porter dans les hautes sphères du monde des applications. Se fixer des objectifs, Etienne n’y manque pas. D’abord, il s’agit pour lui de dépasser la barre des 100 000 utilisateurs pour ensuite envisager une explosion mondiale à la hauteur d’un Snapchat ou encore d’Instagram.

Une autre qualité majeure réside également dans le culot. Combien d’entre nous oserait ne serait-ce que parler d’un projet de développement d’un concept ? Trop peu, hélas… Et pourtant, se lancer dans cette aventure fut une sorte de continuité dans l’esprit du créateur, qui a vite trouvé ses marques afin de bien s’organiser, notamment grâce aux conseils de proches et de professionnels.

L’entreprenariat en tant que jeune étudiant

Il faut l’avouer, l’expérience fait envie. Peut-être que chacun d’entre vous s’est déjà dit : « tiens, et si je créais ça » ou « tiens, pourquoi ça, ça n’existe pas » ?

Pour Etienne, une fois lancée, la dynamique permanente et la confiance en son projet furent les moteurs de son travail. Toutefois, de premières « difficultés » peuvent se poser : il se confie sur l’étrange situation de devoir embaucher des personnes plus âgées que lui, et la complexité du « savoir-faire » en matière d’entretien. Le problème majeur, pour un jeune entrepreneur, comme pour chaque métier, c’est l’expérience. Au début, certaines erreurs peuvent être commises, notamment en terme de relationnel, à savoir faire la part des choses entre le statut d’étudiant et d’entrepreneur, qui n’impliquent pas un comportement identique. C’est ici la professionnalisation progressive qui lui permet de passer d’un cours d’histoire du droit en amphithéâtre à débattre sur la Révolution française, à une rencontre avec des investisseurs afin de les convaincre de la réussite de son projet.

Quand bien même l’expérience peut présenter des entraves, elle est à relativiser. A cet égard, Marck Zuckerberg (créateur de Facebook) n’est pas devenu milliardaire et patron d’une des plus grosses entreprises de Network dans le monde du jour au lendemain.

Grégoire Berger

No comments

Cet article pourrait vous intéresser