Historiquement vôtre, signé Fekir

0

Il y a la Ligue 1 et il y a LE DERBY. Pour le compte de la 12ème journée de Ligue 1, l’Olympique Lyonnais se rendait au Stade Geoffroy Guichard pour affronter leurs meilleurs ennemis, les Stéphanois. Le chaudron, réputé pour être chaud bouillant, a néanmoins été rapidement refroidi !

On le sait, un derby apporte toujours son lot de « faits extra-sportifs » et ça n’a pas loupé hier soir puisque le match a commencé depuis à peine 30 secondes qu’il est arrêté par Mr. Turpin, l’arbitre du match car la fumée engendrée par les fumigènes empêche toute visibilité sur le terrain. Le match reprend 7 minutes plus tard et seulement 4 minutes après, alors que les Stéphanois négocient mal un corner, Fekir récupère le ballon, part en contre, passe à Aouar qui sert Depay. Memphis tire alors entre les jambes de Pierre-Gabriel pour venir tromper Ruffier. Ca fait déjà 0-1 pour Lyon sur un but très beau. Double coup dur pour St-Etienne qui perd également R. Hamouma, qui s’est claqué sur le corner ayant conduit au but lyonnais. Le match n’est pas très emballant mais l’OL se produit quelques situations en contre, tout comme les Stéphanois. Finalement, Fekir, à la 25è minutes, va faire le break sur une nouvelle contre attaque : il s’appuie sur Traoré, puis, récupère le ballon aux 20m pour une frappe du gauche puissante directement dans les buts de Ruffier. Même si le match n’est pas brillant, les lyonnais démontrent leur supériorité aussi bien technique que dans l’envie, et c’est sur ce score que s’achève la première mi-temps.

A peine 2 minutes après la reprise, ça chauffe sur le terrain. Lacroix, défenseur de l’ASSE, est en retard sur Fekir qu’il tacle dangereusement et de manière odieuse : il est logiquement expulsé. Les esprits s’échauffent et Mr. Turpin tente de ramener le calme. 10 minutes plus tard, le festival lyonnais commence réellement. A la 58ème minute, Aouar adresse une belle passe dans le dos de la défense stéphanoise à Tête, qui centre en retrait : Mariano n’a alors plus qu’à pousser fort le ballon dans les cages de l’ASSE (0-3). 3 minutes plus tard, Traoré manque la balle du 0-4 mais il se rattrape dès la 65ème minute avec une frappe croisée d’ « un pied gauche soyeux » – pour reprendre les mots de Stéphane Guy – avec un ballon amené par un très solide Mariano Diaz, beaucoup plus visible depuis son but. 10 minutes plus tard, Fekir manque le 0-5 mais il en veut plus, beaucoup plus dans son premier derby en tant que capitaine. Ainsi, à la 84è minute, Fekir est superbement servi par Mariano et se retrouve seul face à Ruffier. Il attend le dernier moment pour déclencher sa frappe et marque le but du 0-5, avec un doublé à la clef pour le magicien de l’OL. Mais c’est là que les choses dérapent. Car si l’humiliation subie par les stéphanois est déjà très mal vécue, la célébration (dont, en tant que lyonnaise, je suis fière !!) de Fekir, qui a enlevé son maillot pour le montrer au Kop stéphanois, a fait déborder le chaudron. Des supporters ont ainsi envahi la pelouse, entrainant la sortie précipitée des joueurs du terrain, et la venue des forces de l’ordre. Le match ne reprendra qu’une demie heure plus tard, dans un stade pratiquement vide, pour 2 minutes, sans temps additionnel : Mr. Turpin semblait lui aussi pressé d’en finir.

Ce match aura donc été marqué par des incidents, notamment, et même en tant que lyonnais nous le déplorons, des dégradations près du parcage visiteurs où étaient les supporters lyonnais, ainsi que des incidents entre supporter avant le match. Mais ce qui a été le plus commenté reste la célébration de Fekir, que ce dernier a déclaré ne pas regretter. Ce geste peut aussi être compréhensible au regard des multiples fautes qu’il a subi ce soir là. Certains diront que ce chambrage n’était pas bien, à l’instar de Bruno Génésio – qui aurait plutôt du soutenir son joueur – et de Stéphane Guy, commentateur du match. Mais la vérité reste que lorsque ce sont des joueurs comme Messi ou Ronaldo qui font ce genre de gestes, on trouve cela magnifique, on applaudit et surtout les supporters n’envahissent pas le terrain pour autant, même dans une rivalité aussi forte que celle entre le Real et le Barça. Peut-être faudrait-il arrêter d’aseptiser sans cesse le football (pas de chambrage, pas de mots…) ? Et également arrêter l’hypocrisie générale ? Parce qu’à un moment ou à un autre, la passion s’en trouvera ternie.

Quoiqu’il en soit, Fekir aura mis le feu, en signant de son doublé une victoire historique car jamais l’OL n’avait encore battu les Verts à Geoffroy Guichard sur un tel score. On dit qu’un derby, ça se gagne, peu importe la manière… Oui… Mais franchement, c’est beaucoup plus jouissif avec la manière, et quelle manière !

Laura CAPIEVIC

No comments

Cet article pourrait vous intéresser