Etre étudiant et s’engager dans le bénévolat grâce à l’AFEV

0

                      Etre étudiant et donner de son temps pour aider un enfant en difficulté, c’est le concept de l’AFEV. Association basée dans plus de quarante villes en France, elle compte à Lyon 450 adhérents, dont une cinquantaine à Lyon 3. Leur action est fondée sur une idée simple, mais efficace. En s’inscrivant, on s’engage à consacrer deux heures par semaine dans l’accompagnement éducatif d’un enfant, de la maternelle au lycée. Non pas seulement une aide scolaire, il s’agit aussi et surtout d’un suivi dans la vie quotidienne pour des enfants en difficultés sociale, scolaire ou personnelle repérés par les écoles et établissements partenaires.

Sébastien, étudiant en droit à Lyon 3, a été bénévole pour l’AFEV pendant deux ans. Il s’est occupé d’un garçon de 10 ans en difficultés scolaires, issu d’un contexte familial compliqué. Il nous parle de son engagement : « Le but de l’accompagnement, c’était déjà de le soutenir au niveau scolaire, surtout lui donner une méthode de travail, l’aider à être rigoureux, à bien prendre ses devoirs, etc. Mais c’était aussi de développer sa culture, son envie de s’ouvrir à d’autres choses qu’il n’a pas à proximité ou qu’il ne penserait pas forcément faire tout seul ». C’est en ayant conscience de tout cela qu’il est allé à l’Opéra, au musée des confluences, à la fête des lumières, au marché de Noel, à l’aquarium de Lyon, ou encore voir un spectacle de hip hop. Des activités aussi variées que divertissantes pour égayer le quotidien d’enfants qui en ont besoin.

Un suivi permanent

Si certains sont encore réticents à s’engager, l’association ne laisse pas les bénévoles livrés à eux-mêmes. Un suivi est mis en place pour tous les membres, qui doivent faire un bilan des activités après chaque rencontre, pour constater l’apport de l’accompagnement pour l’enfant. « Les personnes en service civique qui gèrent l’AFEV sont toujours disponibles sans pour autant être tout le temps sur notre dos, et en cas de problème il suffit de les appeler à un des numéros fournis. En général ils sont toujours joignables ! », nous explique Sébastien. Autre point et non des moindres, tous les frais de sorties sont remboursés, des entrées aux tickets de transports.

748ebb_0a4f2a8b86fb4bf3b7392a7810d8a191

Un engagement flexible et adapté aux disponibilités

L’AFEV s’adapte pour que l’engagement des bénévoles ne soit pas vu comme une contrainte. Il est donc possible de déplacer la rencontre en cas d’empêchement, ou si une sortie requiert plus de temps que les deux heures prévues. Cette flexibilité s’applique à tous les niveaux. En effet, en devenant bénévole, on peut choisir l’âge de l’enfant à accompagner et les disponibilités que l’on peut lui accorder. C’est à partir de cela que les responsables trouveront un enfant pour former un duo adéquat et favoriser une entente optimale. Cela explique que les accompagnements soient parfois longs à mettre en place, il s’agit en effet de faire le lien avec les responsables des programmes éducatifs, contacter l’école, la famille et obtenir les accords nécessaires au niveau de l’association.

Le service Caps, une aide aux étudiants

Dans un tout autre domaine, l’AFEV propose un service logement à loyer modéré. Pour la modique somme de 250€ par mois, charges comprises, les étudiants sont logés dans une colocation de cinq à sept personnes, en échange d’un engagement dans un projet collectif, dans le développement durable par exemple.

Engagement et partage semblent être les mots clés de cette association qui gagne à être connue. Tous les mardis et jeudis de 13h à 18h, vous retrouverez deux volontaires de l’AFEV en salle 235 du site de la manufacture à Lyon 3, disponibles pour répondre à toutes vos questions et vous guider dans les procédures si vous décidez de vous lancer dans cette belle aventure.

Lucie Jung

No comments

Cet article pourrait vous intéresser

Penser la guerre, construire la paix

Penser la guerre pour pouvoir construire la paix. C’est le programme ambitieux du Dictionnaire de la Guerre et de la paix paru l’année dernière aux ...