Cinésmart présente : HORS NORME

0

Le cinésmart organisait vendredi 30 mars une projection au Comoedia. Suite à un atelier cinéma, des étudiants de l’université de Lyon 3 ont eu la chance de voir projeter leur court-métrage dans un de nos cinémas lyonnais. Ces étudiants étaient issus de toutes filières confondues et ils pouvaient, grâce à cet atelier, obtenir une bonification sur leur semestre. En effet, sans avoir fait d’études dans l’audiovisuel ils ont réussi malgré tout à impressionner les spectateurs. La consigne qui leur était donnée était de filmer avec un smartphone un court-métrage sur le thème « hors norme ». Malgré les réticences que l’on pouvait avoir, la qualité d’image était nette et se prêtait très bien au cinéma. Les étudiants de l’atelier n’ont eu que trois mois pour écrire la synopsis de leur film, pour capter les séquences et pour le montage, le rendu était impressionnant. En effet, en quelques jours, ils ont appris comment monter, certains groupes n’ont mis qu’une semaine pour le montage et ils ont pourtant réussi à varier les effets en accélérant certains passages en variant les coupes et les transitions.

De la salle de cinéma se dégageait une atmosphère conviviale. En effet, les spectateurs retrouvaient parfois des amis, des connaissances ou des enseignants sur le grand écran, le rire était alors amplifié pour les scènes humoristiques. Et oui, certains étudiants ont même osé recruter leurs profs pour tourner des scènes ! Les court-métrages se sont alors passés dans une ambiance chaleureuse mais dans le stress car il ne faut pas oublier qu’ils n’avaient que trois mois pour réaliser un court-métrage. Néanmoins, une solidarité s’est créée entre ces différents groupes. Si quelqu’un manquait d’acteurs ou de figurants dans son film, les autres groupes lui proposaient de jouer pour lui car, en effet, il n’a pas toujours été facile de trouver des figurants, en particulier pour les rôles d’enfants.

Six court-métrages nous ont ainsi été présentés à cette séance, avec des histoires toutes totalement différentes. Le premier court-métrage Elle et moi abordait un sujet d’actualité : l’intelligence artificielle. Le second Pantalon vert parlait du refus de s’intégrer au monde des adultes. Le film Cosmogonia, parlait d’une histoire fantastique d’un homme qui rencontre sa femme dans un monde parallèle. Le court-métrage Hébé lui, parlait d’une enseignante qui séquestrait un élève pour conserver sa jeunesse. Le court-métrage L’entretien abordait le problème du sexisme dans le travail. Enfin, le dernier, Le Neuvième cercle, évoquait la transmission de pouvoir par la lecture d’un livre magique.

Par ce projet, les étudiants ont fait face à certaines difficultés techniques (faux raccords entre les séquences précédentes, problèmes sonores, fait qu’il n’y ait que des étudiants étrangers dans un même groupe) mais ils ont su adapter les rôles et les scripts en fonction de ces contraintes et faire de leurs différences une force. En effet, lorsque des personnes viennent de divers pays cela permet d’avoir plusieurs sources d’inspiration différentes.

La grande réussite de leurs court-métrages étaient les scènes qui se déroulaient dans les lieux que nous avons l’habitude de fréquenter : la Manufacture des Tabacs, la place des Jacobins, l’université des quais… En effet, le simple fait de voir des lieux qui nous sont familiers sur grand écran crée une certaine connivence avec les spectateurs.

Le thème de cette année était de fabriquer des histoires hors norme. Le rêve sera le sujet de l’année prochaine.

Mélissa Ducarre

No comments

Cet article pourrait vous intéresser