L’ouverture du Festival Lumière : une cérémonie riche en surprises et en émotions

0

En plus de ces 397 séances regroupant 177 films dans 60 lieux éparpillés dans toute la métropole lyonnaise, l’ouverture du festival Lumière réservait encore de belles surprises. Notamment la présence d’Eddy Michel, l’homme aux multiples facettes, chanteur le jour et acteur la nuit ; à ses côtés l’audacieux réalisateur de 120 battements par minutes, actuellement en tournée aux Etats-Unis, et Robin Campillo, était aussi présent. Afin d’entamer cette nouvelle édition comme il se doit, le berceau d’un cinéma brut, l’homme qui a marqué toute une génération était là, Micheal Mann en personne nous a fait l’honneur de sa présence : ayant notamment réalisé Hanckock, Ali, ou encore Heat qui dépeint à merveille la vie d’un truand dans les bons comme dans les mauvais moments. S’en sont suivis des remerciements aux partenaires et aux bénévoles par le président du festival, Thierry Fremaut, aussi président du festival de Cannes. Avant de débuter ce festival avec la diffusion du film d’Hitchkock La mort aux trousses, bon nombre d’acteurs ont été conviés sur scène comme Gérard Jugnot, Tilda Swinton, ou encore Thomas Ngijol. Enfin, Monsieur Tavernier a tenu à s’exprimer sur la disparition de Jean Rochefort, non sans difficultés, qui était un brave homme, un collègue, mais surtout un ami qui avait toujours le mot pour rire. Il disait, déjà en 2015, qu’il sentait la mort venir. L’homme qui avait quelques kilos de spleen en réserve a délesté sa cargaison sur Monsieur Tavernier, très ému, mais aussi sur les spectateurs, tout aussi touchés par sa disparition. Cet homme était une véritable encyclopédie sur patte, féru de classique, c’était bel et bien le même homme qui, quelques années avant sa mort, à l’âge de 80 ans, utilisait de nombreux termes nobles et soutenus tels que ‘’keum’’, ‘’pérave’’, ‘’go’’, ou encore ‘’seum’’, dans le but de nous décrire un classique du nom de Madame Bovary. Le seum, oui, c’est que tu nous as foutu quand tu nous as quitté monsieur Rochefort. Cette cérémonie était intense, intense car elle rassemblait toute la population. Les petits comme les grands pouvaient profiter du cinéma de mimes burlesques de Buster Keaton. Les étudiants pouvaient également profiter de diverses projections à bas prix ou même gratuites. Ou encore, des enfants malades, grâce à des robots, pouvaient suivre en temps réel cette cérémonie comme s’ils y étaient. Toutes ces personnes ont été rassemblées par un seul et même amour, celui du cinéma.

Jessim Belfar

No comments

Cet article pourrait vous intéresser

#Je_suis_l’orthographe

Adieu les dictées qui donnaient des migraines! La réforme de l’orthographe décidée en 1990 par l’Académie française semble être l’antidote des générations futures. En effet, ...