Vous avez dit ubérisation ?

0

S’il y a bien un mot qui revient de plus en plus pour parler des nouveaux métiers issus d’applications fameuses, c’est bien « ubérisation ». Voici une explication de ce que c’est.



Origine et définition

Comme son nom l’indique, ubérisation vient d’Uber, qui est une entreprise américaine à l’origine d’une application visant à mettre en relation des chauffeurs affiliés à la plateforme et des clients l’utilisant. Le principe de réduire totalement les intermédiaires via une application pour rendre un service est l’innovation d’Uber. Une innovation si pratique que d’autres ont voulu reprendre le principe, mais en rendant d’autres services. Dans le cas de la restauration, Foodora reprend le flambeau, et ainsi de suite. Or, reprendre ce principe de mise en contact avec une liberté totale pour rendre des services, c’est cela l’ubérisation.

La face positive de l’ubérisation

Le plus gros avantage du système d’Uber c’est la grande flexibilité et liberté qu’il permet. En effet, si le système est répandu, on peut bénéficier du service n’importe quand, n’importe où, quand on est un client. De plus, on peut noter les conducteurs, ce qui installe une sûreté lors du choix de son service. Quand on est un entrepreneur, il n’y a aucune contrainte, on travaille autant que l’on souhaite.
De surcroît, les questions de paiement se font via l’application, ce qui permet de simplifier et de sécuriser les entrepreneurs qui ne redoutent pas des impayés, ou de transporter de trop grandes quantités d’argent, qui serait perdues en cas de vol. Les entrepreneurs notent aussi les clients, ce qui permet un contrôle mutuel entre clients et entrepreneurs, qui peuvent influer l’un sur l’autre afin de mettre en avant les meilleurs éléments. Une certaine exemplarité des clients et des entrepreneurs est alors récompensée par l’application, qui offre une meilleure visibilité aux mieux notés.

La face sombre de l’ubérisation

Toute cette liberté est cependant contrebalancée par un point essentiel : la dépendance à l’application. L’application décide des prix pour tout le monde, ce qui a un impact sur clients et entrepreneurs. En effet, le client est totalement à la merci des prix proposés par l’application, qui peuvent être rehaussés pour obtenir des avantages peu importants. Dans le cas contraire, les entrepreneurs peuvent subir une brusque baisse des prix, impactant le rendement de leur travail, ce qui augmente ainsi la précarité de leurs conditions.

Un changement trop brutal ?

Quoiqu’on en pense, l’ubérisation est un grand bouleversement du processus productif traditionnel car la flexibilité est totale. Cependant le travail en France est un sujet délicat et régi par des normes issues de nombreux combats historiques dans le but d’assurer aux travailleurs un revenu suffisant pour vivre. La régulation de ce processus d’ubérisation risque fort bien d’advenir, réduisant ainsi son intérêt premier : la liberté totale.

Mais d’un autre côté, la politique actuelle du gouvernement pencherait plutôt vers un encouragement de cette pratique afin de créer une start-up nation dynamique pouvant s’adapter facilement via la flexibilité offerte par ces applications. Dans tous les cas, le débat reste ouvert.

Valentin Kervinio

No comments

Cet article pourrait vous intéresser

70 ans de l’UNICEF

Lundi 12 Décembre 2016 aura lieu la célébration des 70 ans d’UNICEF-International lors d’une grande conférence qui se tiendra à Sciences Po Lyon. L’UNICEF c’est ...